dimanche 2 septembre 2018

Jean Desprès: Bijoutier, Orfèvre, dessinateur, un Mythe ?????

Qui est Jean Desprès?




Portrait aimablement fourni par Mr Robert Auclerc Association " Les Amis de Jean DESPRES "



Un Bijoutier? un Orfèvre? un Dessinateur?, certainement pas un joaillier, je dirais plutôt un Orfèvre, ayant décidé de fabriquer des bijoux d'artiste, mais laissons lui la parole!

"Je ne suis pas un joaillier, je ne travaille pas en finesse mais en force. Mes bijoux sont de gros pendentifs, des grosses bagues....ce n'est pas un travail de petite fille"
 “J’adore le métal, vous n’imaginez pas à quel point j’éprouve à le voir se courber sous l’enclume, grincer sous l’étui”.

« Je ne suis pas joaillier, avait-il l’habitude de dire. Je ne travaille pas en finesse mais en force. J’adore le métal. Or, il n’y a pas de douceur dans le métal. Quand je monte une pierre, qu’elle n’ait pas de valeur m’est égal. Ce qui compte, c’est que sa forme soit jolie et qu’elle s’harmonise bien avec l’armature de métal que  je lui imposerai après. »
Propos recueillis par Nathalie Hadrbolec: 
Contact pris avec Nathalie Hadrbolec, elle me précise: Je n’ai pas recueilli moi-même les propos de Jean Desprès. Ainsi qu’indiqué à la fin de l’article, les citations sont extraites DE « Jean DESPRES, l’orfèvre des temps modernes » film de Régis PREVOT.


Jean Eugène Gilbert Desprès n'est pas né à Avallon en France en 1889 comme beaucoup l' ont écrit, mais à Souvigny dans l' Allier.





les parents sont déclarés sur plusieurs sites y compris wikipedia: 
"Né le 15 juin 1889, à Souvigny, dans une famille descendant de maître verriers: Després de Loisy et de vitriers (Turlin)."
En réalité...le père de Jean est employé à la Verrerie de Souvigny .(acte de naissance de Jean) Son père se prénomme Octave et sa mère Marie Turlin.



Cliquez sur tous les documents pour les agrandir

Jusqu'en 1875 la Verrerie de Souvigny ne fabriquait que des bouteilles et cette année là , de nouveaux patrons, les frères Rouillon, vont cesser la production de bouteilles pour fabriquer des services de verres classiques, objets de table, et ???


Collection personnelle

Du verre de pharmacie  car la plupart des emballages et des bocaux de produits pharmaceutiques étaient en verre . Il y  eut des grèves en 1887 dans cette verrerie, assez longues à Souvigny mais aussi à la maison mère de  Vierzon. Heureusement, (si je puis dire) il y eut la guerre qui profite à certains et par relations familiales ,  l'entreprise put obtenir le marché des fournitures en verre des services de santé de l armée française.

Ses parents vont donc partir pour Avallon et s' installent  en 1890 au 27 rue de Paris.
Ils ouvrent un magasin de bimbeloterie (d'après le musée de l'Avallonais)  ce n'est donc pas cela (comme tout le monde  indique) qui va décider de sa carrière.
Melissa Gabardi ecrit dans son livre qu'il était un élève particulièrement indiscipliné, mais après  l’obtention de son brevet, à 14 ans son père le place à  Paris chez un ami, artisan du Marais où il apprendra le métier d’orfèvre; il suit également des cours de dessin dans différentes écoles de la Ville de Paris.

Il serait intéressant de connaitre le nom de l orfèvre du Marais chez qui il fut apprenti.

Au sujet du Brevet à 14 ans : les "amis de Jean Desprès" écrivent : " qu'en 1903 (il a donc 14 ans) Jean Després après avoir obtenu son brevet de capacité pour l’enseignement primaire, "
Je pense  qu'il y a peut être une erreur, ce doit être le "Brevet élémentaire"   à ne pas confondre avec les "Brevet de capacité pour l enseignement primaire"  qui permettait de devenir instituteur ou institutrice.

C'est en 1898 que le premier magasin de ses parents est transféré au 20, place Vauban, celui-là même qui portera plus tard le nom Jean Després.  Le père de Jean est représentant de commerce et s absente beaucoup, c'est sa femme qui tient le magasin.

C'est ainsi que Jean Desprès rencontre à Montmartre les peintres du Bateau-Lavoir, il est né en 1889 donc il a dû commencer à rencontrer des peintres vers 1907, (il avait 18 ans ) Picasso était au bateau lavoir de 1904 à 1909, et à cette époque résidaient au "Bateau Lavoir" Kees Van Dongen, Juan Gris, Brancusi, Modigliani, Mac orlan, Max Jacob, et en 1908 le Douanier Rousseau et Georges Braque qui sera son meilleur ami.
Je n'ai pu trouver de références par rapport au bateau Lavoir et je ne l ai pas trouvé dans les listes d artistes du bateau lavoir.

A propos de sa jeunesse, que disait il: 
Il déclara " J ai donc fait mon apprentissage d'orfèvre et de Bijoutier jusqu'à 19 ans(1908) et là j'ai gagné Montmartre" ou il suivit des cours de Dessin

Mais plus récemment: 

"Ayant de son propre aveu « horreur de la discipline » et obtenant donc sans surprise de nombreux « zéros de conduite », l’adolescent est envoyé en apprentissage dans le Marais à Paris chez un orfèvre, ami de son père. « Qu’est ce que j’ai pu recevoir comme gifles et coups de pied dans le derrière de 14 à 16 ans », se souvient Jean Després. 
Mais si le contremaître de l’atelier est d’une grande dureté, il est aussi « un vrai orfèvre qui
connaissait toutes les finesses du métier et qui me les a apprises les unes après les
autres ». 
Le jeune homme peut aussi compter sur un vrai talent de dessinateur. Il s’inscrit aux cours de dessin de la ville de Paris, quitte le Marais pour Montmartre et entre dans le cercle très
fermé des jeunes cubistes, surréalistes, futuristes, qui tourneront la page de l’Art nouveau. 
« Ils m’ont entraîné au Bateau-Lavoir, des petits ateliers qui étaient loués quatre sous et dans lesquels vivaient plus ou moins misérablement des artistes qui plus tard ont été cotés et richissimes. »
Il côtoie Braque (« le plus charmant camarade et le plus bel artiste que j’aie jamais rencontré »), dont il gardera toute sa vie sous les yeux une petite gouache, Picasso (« avec son caractère et le mien, nous n’étions pas copains du tout »), Utrillo,
« Jean DESPRESs, l’orfèvre des temps modernes » film de Régis PREVOT.

Alors 2 ans, 5 ans, 15 ans d'apprentissage?






C'est  l' oeuvre la plus ancienne que j ai trouvée dans un livre, d'après  Madame Raulet dans son livre "Art Déco" elle indique que la première maquette réalisée date de 1912. mais d'après Melissa Gabardi le collier date de 1930 et elle a raison.

C'est très difficile de dater l oeuvre de Jean Desprès, la plupart des professionnels regroupe tout ou presque vers 1930!!  J ai donc procédé comme à mon habitude:
*Chercher des articles de presse qui permettent de classer ses oeuvres, 
*Ensuite reprendre les bijoux et orfèvreries vendus en Salle des ventes (cela permet de *visualiser les pièces plus nettement)
*Chercher dans les archives départementales, les musées, les collections.
*Enfin par l achat de l'excellent  livre de madame Melissa Gabardi , confronter ces résultats.


La guerre de 1914-1918 et l armée



Document merveilleux que j ai été obligé de découper en trois et que j ai trouvé sur le site Grand Memorial du ministère de la Culture : http://www.culture.fr/eng/grandmemorial
on y apprend que ses cheveux sont blonds, qu' il a le nez fort, la bouche moyenne,le visage ovale il mesure un mètre 59.
On découvre aussi qu'en 1911, le conseil de révision l'exempte de service militaire pour "Faiblesse générale" il vivra  jusqu'à 91 ans.








Mais le 15-12-1914 il est classé auxiliaire  pour déformation de l' avant bras gauche.  la guerre va vite passer au stade supérieur et le 1 er août 1914, cela sentait le roussi d'ailleurs le 1 er août, l' Allemagne déclare la guerre à la Russie et déclare la guerre à la France le 3 août.
Il est d abord affecté comme infirmier, puis en 1916 comme secrétaire, etc
Ce n'est que le 20-12-1917 qu' il rentre au 2 ème groupe d'aviation, puis le 12-6-1918 au 1er groupe (en baie d Audierne ) et le  18-6-1918 a l escadrille 491 comme planneur meccano....faute d orthographe? 
C'est quelqu'un qui dessinait des plans? comme le dit le musée d 'Avallon?
"La guerre 1914-1918 l’amène à travailler dans l’aviation, dans la section technique. Il dessine des moteurs d’avions et pense à de nouvelles créations, alliant l’antique à la précision géométrique des pièces mécaniques"
"Au cours de la Première Guerre Mondiale, il travaille comme mécanicien dans l’aviation ses talents graphiques sont remarqués et employés à la réalisation de dessins de pièces de moteurs d’avions." 
Nombre de sites ont écrit des choses semblables, mais souvent les sites se recopient et pourtant :


Historique de l'escadrille 491 basée à Plomeur en baie d Audierne, bretagne sud

Cette escadrille côtière, créée en août 1918, a eu une vie opérationnelle très courte. Ses pilotes la rallient le 17 juin 1918 mais ses observateurs de la Marine la rejoignent le 20 août et ses appareils, 4 Voisin LBP VIII Canon et 8 Letord 4, lui sont livrés en septembre. Le mauvais temps reporte les vols jusqu’en octobre et l’armistice survient peu après.
Je n'ai pas trouvé une référence officielle sur le fait qu 'il ait dessiné des moteurs d' avions. 
En revanche , à la Société des chemins de fer explication du "Meccano Planneur"

Tiré de la revue générale des chemins de fer un Planneur c'est :
" compte tenu de l'importance des travaux à effectuer et des variations de l'effectif, sont assurées par un agent dirigeant nommé « planneur »
Le planneur est guidé, dans la détermination de l'ordre d'urgence de lancement des bons, par l'examen des tableaux de planning et des graphiques ou tableaux tenus par le bureau de l'atelier, documents qui le renseignent sur l'état d'avancement des travaux dans les diverses unités.
L'avantage des tableaux de planning n'est pas tant de permettre un accrochage commode des bons que d'obliger les agents d'encadrement à prévoir l'occupation du personnel et à chercher la disparition des creux entre deux travaux successifs confiés à un ouvrier.......
Dans la répartition du personnel, enfin, le planneur doit s'efforcer de réaliser : a) un avancement régulier de la chaîne de travail à la cadence prévue, en évitant, autant que possible, la présence simultanée d'ouvriers de deux équipes spécialisées sur une même machine ou tender ; 
Espérons qu' un lecteur pourra préciser le rôle de Jean Desprès comme "Meccano Planneur"

Ce qu' il disait de ce passage dans l aviation.

« On avait demandé des hommes sachant dessiner pour les services de l’aviation. Pendant sept ou huit mois, je n’ai fait que dessiner des pièces d’aviation, des moteurs, et là j’ai compris qu’il y avait de belles choses à faire avec la mécanique. »

En 1919 sa soeur Yvonne, qui était née en 1898 meurt de la grippe espagnole, il ne veut pas laisser sa mère seule et abandonne l idée de s' installer a Paris, il va l aider au magasin et en 1920 installe un atelier dans l'arrière boutique.

1920 Jean Desprès s'installe en Avallon



Carte postale  Delcampe

En 1924  Jean Desprès reprend le magasin de ses parents, expose ses pièces d’orfèvrerie et de bijouterie dans la boutique."(citation du musée de l Avallonais )

Il a 35 ans et va  travailler l'étain.
"L'etain est noble quand  la forme est belle "disait il
Ce qui expliquerait qu'il n'avait pas besoin d'être déclaré fiscalement comme professionnel de la bijouterie et de l orfèvrerie  et ne pas etre obligé d'avoir un poinçon, l'étain n'étant pas un métal précieux.
Supposition car je n ai trouvé nulle part d'explication a l absence de fabrication et de production en métaux précieux avant 1928



Le magasin de ses parents sera peu transformé,tel qu' on peut le voir vers la fin des années 1940




1925???  Cette bague est en argent et en vermeil, elle est signée, la photo reprise dans maints livres vient du Musée des arts décoratifs et réalisée par L. Sully Jaulmes
Certainement une oeuvre majeure, est elle réellement de 1925?? comme il est indiqué dans le livre "La Bague" de A.Ward et Cherry. Le grand plateau rectangulaire est en or recouvert de laque rouge et noire alors que les demi cercles au dessus et le corps de bague sont en argent. 



Page 157 du livre sur l art déco de madame Raulet des choses qui resteront malgré tout alors qu'elles sont fausses.
La date de 1925!!! Les verriers célèbres? (pas un ouvrage à la BNF) Un commerce d art et de Joaillerie? ( avec des statues en plâtre et des bijoux Fix) reçut une formation de bijouterie?...... d'orfèvre oui mais bijoutier non .

Après vérification je pense à l instar de madame Melissa Gabardi que cette bague est de 1932 

Melissa Gabardi qui a beaucoup travaillé sur J.Desprès, elle écrit que sa participation  à l’Exposition de 1925 est restée anonyme,
 Mais à partir de 1928  il va exposer dans tous les Salons officiels. 1928 je le rappelle est l' année ou il va être déclaré et voir son poinçon insculpé.
En 1928, au salon d 'automne il se voit refuser une trentaine de pièces



Christie's a revendu cette pièce : Bracelet Art déco par Jean Desprès
Formé d'une succession de demi-cylindres à rainures en argent, 18.5 cm., poinçon français, poids brut: 112.30 gr.,  Christie's la date vers 1925 Signé et poinçon J D certainement quelques années plus tard


Quand démarre- t- il sa carrière d'orfèvre-bijoutier

Revenons sur la question du poinçon, le seul poinçon connu de lui a été insculpé en 1928, donc rien ne peut être déclaré comme étant antérieur à 1928 et avoir sur les pièces un poinçon de Jean Després.

Si vous n avez pas de poinçon  de Maître déclaré, cela veut dire que vous n'avez pas d'existence en tant qu'artisan orfevre ou bijoutier, vous ne pouvez fabriquer ou vendre des bijoux ou de l orfèvrerie, c'est impossible, ou vous gardez ce que vous faites pour vous, et encore !!!

L' administration française a toujours été très sévère sur ce chapitre. Desprès ne pouvait exposer avant 1928 sans poinçon (ou alors un autre endossait la responsabilité et marquait de son poinçon les objets de J.D.?)
Les "amis de Jean Desprès" écrivent aussi:
"Jean Després insculpe, le 22 novembre 1928, auprès de la préfecture de l’Yonne et du bureau de la garantie de Paris son poinçon sous le numéro 5097 « JD, un vase ». Poinçon biffé le 9 février 1981, numéro 10 de l’année au bureau de la garantie de Paris."

Il arrête sa carrière  en 1975 ou 1977 et son poinçon n'est biffé qu'en 1981? je suis étonné car l'administration ne peut tolérer ce fait, sinon des bijoux peuvent continuer à être poinçonnés alors que vous avez cessé votre activité et encore plus si vous êtes mort.


J ai donc cherché dans des ouvrages officiels qui me sont personnels et vous pouvez lire cette règle  sur ce traité de la garantie de 1825


Et ci dessous aucun changement en 1965 dans ce manuel de la garantie sauf que c'est maintenant un article du code général des impots.




Primavera Gallery date cette bague de 1925.... impossible .Elle est en or, émail noir et argent, poinçon de maître ? donc apres 1928.



Cette bague daterait de 1928

Ce n est qu'en 1928 qu'il va faire enregistrer un poinçon J.D. et une timbale (ou une coupe ou un vase d'après certains) Je me suis entretenu de ce poinçon plusieurs fois avec Maître Chassaing (commissaire priseur pendant 38 ans) qui se posait la même question que moi; quel était, ou avait il un poinçon avant 1928? Nous n'avons trouvé aucune trace nulle part.



Le poinçon insculpé en 1928


Photographie aimablement fournie par Mr Robert Auclerc Association " Les Amis de Jean DESPRES "




Et sa signature figurant sur de nombreuses oeuvres

Maitre Chassaing m'a adressé le double de la lettre qu' il a essayé de faire parvenir à Melissa Gabardi , spécialiste de Jean Despres et des Bijoux des années 50

 "Madame.

Collectionneur de bijoux animaliers, j'ai fait l'acquisition dans une vente aux enchères de province d'une broche "aux étoiles de mer",en or et argent, donnée comme étant de Jean Després. Si le style et la technique pourraient faire penser à une oeuvre de jeunesse de ce joaillier, le poinçon de fabriquant me pose un problème. Le "différent" entre le J et le D n'est pas le vase que l'on voit sur le poinçon qui est reproduit dans votre excellent livre
page 243.
Jean Després a travaillé très jeune les bijoux, le différent du poinçon que l'on connaît est un vase ou une timbale sur piédouche, il a été insculpé le 22 novembre 1928.
Ma question est : quel poinçon a-t-il utilisé avant novembre 1928 ? 
Auriez vous l’extrême amabilité de m'éclairer. D'autant que je possède aussi une broche métal doré et argent ( vers 1910/1920 je pense),en forme de panier fleuri, qui porte le même poinçon que la broche "aux étoiles de mer", avec en plus des initiales gravées "JD"................."




D'après le site de vente "Arnet" ce bracelet de Desprès daterait de 1929 il est en or et argent. 

1929, aux Etats unis , en septembre, un vendredi, les banques ferment, le Krach de Wall Street , une énorme crise, ce n'est pas encore la crise à Paris , ou la situation est meilleure mais si la france est en bonne santé, c'est la panique dans le commerce de luxe. Les américains n'achètent plus.
Pendant ce temps, nos entreprises de joaillerie qui sont traditionnellement de petites entreprises manquent de trésorerie, ils doivent remettre leur stock en nantissement de leurs dettes  mais la faillite guette aussi la plus grosse banque de métaux précieux et elle va entraîner une grande partie de la profession.
J ai consacré un article a ce drame du au Comptoir Lyon Alemand qui lui s'en est sorti , mais combien d affaires de coulées a cause de sa faillite???

C'est la Chambre Syndicale de la BJO de Paris qui va organiser au musée Galliéra une très belle exposition "publicitaire" ou les meilleures entreprises de joaillerie vont présenter de luxueuses merveilles.

Jean Desprès expose pour la première fois en 1928 au Salon des Artistes décorateurs, c'est un échec et les 32 bijoux qu' il voulait exposer sont refusés par le comité de sélection

En 1928, Charlotte Perriand, René Herbst et Djo-Bourgeois présentent au Salon des artistes décorateurs un appartement modèle dédié à la création industrielle. Le succès de cette installation effraie davantage la Société des artistes décorateurs qu’elle ne l’encourage à réitérer l’opération. Face au refus de la renouveler, ils font sécession et créent en mai 1929 l’UAM, avec Jean Burkhalter, Pierre Chareau, Sonia Delaunay, Jean Fouquet, Eileen Gray, Hélène Henry, Francis Jourdain, Robert Mallet-Stevens, Gustave Miklos, Jean-Charles Moreux, Jean Prouvé, Jean Puiforcat, Gérard Sandoz ou encore Raymond Templier. L’exposition inaugurale est accueillie au Musée des Arts Décoratifs, du 11 juin au 14 juillet 1930. La vocation de cette association est avant tout sociale puisqu’il s’agit de « montrer qu’il existe des objets usuels courants, produits de l’artisanat ou de l’industrie, d’un prix abordable, de qualité et de formes telles qu’ils puissent contribuer à l’harmonie de notre vie, condition de santé et de joie ».Texte du Musée des arts décoratifs



Nous n avons pas de date précise pour cette bague de Jean Desprès, mais elle aurait été déposée en 1931, elle a été exposée à L' exposition internationale des arts et techniques en 1937,  mais c'est une conception architecturale, nouvelle, la bille est insérée entre deux grands éléments.



Voici son poinçon acquis en 1928. A partir de cette année, 1928 il est au salon des Artistes Décorateurs, au salon d'Automne, à la Nationale des Beaux Arts puis aux Tuileries et participe à toutes les grandes expositions à l'Etranger. En revanche cette broche est poinçonnée au crabe, donc poinçon de petite garantie, l'argent est au titre de 800-1000° au lieu de 950-1000° Elle date de 1932.



L' étude  de Pierre Bergé l' a revendue:
 Jean Despres. Années 1930 Rare Clip de revers en argent à décor de gradins rehaussé de corail godronné, cylindres d'onyx et agate blonde. Monture en argent et vermeil. Poinçon de Maître. Dimensions : 2,8 x 3 c

Liste des membres fondateurs de L union des Artistes Modernes

Pierre BARBE, 30, rue Guynemer, Paris.  Louis BARILLET, 7, rue Alain-Chartier, Paris. 
BASTARD, 16, rue Sainte-Cécile, Paris. Jean BURKHALTER, 9, rue Campagne- 
Première, Paris. Jean CARLU, 17, avenue Carnot, Paris.  Paul COLIN, 4, rue Duperré, Paris.  Etienne COURNAULT, 49, rue Gabrielle, Paris.  Joseph CSAKY, 2, rue Frédéric-Schneider,  Paris.! 
Sonia DELAUNAY, 19, Bd Malesherbes, Paris.  DOURGNON, 4, rue du Dôme, Paris. 
Jean FOUQUET, 6, rue Royale, Paris.  Eileen GRAY, 21, rue Bonaparte, Paris. Hélène HENRY, 7, rue des Grands-Augustins, Paris. René HERBST, 4,:rue Chateaubriand, Paris. 
Lucie HOLT LE SON, 1 bis, avenue Franco- Russe, Paris. Francis JOURDAIN, 26, rue Vav!n, Paris. Robert LALLEMANT, 5 « Passage d'Orléans, Paris. J. LE CHEVALLIER, 7, rue Alain-Chartier, Paris. Rob.* MALLET-STEVENS, 12, rue Mallet-Stevens, Paris. 
Pablo MANES, 74, Bd Beaumarchais, [Paris. J. et J. MARTEL, 10, rue Mallet-Stevens, Paris. G. MIKLOS, 158, rue Saint-Jacques, Paris. J.-C. MOREUX, Il bis, rue de Milan, Paris. Charlotte PERRIAND, 74, rue Bonaparte, Paris. Jean PROUVÉ, 35, rue du Général-Custine, à Nancy. Jean PUIFORCAT, 14/ rue Chapon, Paris. A.'SALOMON, 26, rue Tisserand, Boulogne- sur-Seine. GERARD-SANDOZ, 4, rue Lincoln, Paris. Louis SOGNOT et Charlotte ALIX, 15, rue de l'Abbé-Grégoire, Paris. Raymond TEMPLIER, 7, Bd Malesherbes, Paris 




Revendu par la Maison  Aguttes:
Exceptionnel et rare vase moderniste à corps ovoïde à pans coupés en métal argenté à surface martelée présentant un décor en relief de bandes horizontales superposées. Signé "J.Després" et poinçons de l'orfèvre. Vers 1930. H: 37 cm . H: 14 ½ in Bibliographie: Melissa Gabardi, "Jean Després Bijoutier et orfèvre entre Art déco et modernité", Norma Edition, Paris, 2009, modèles approchants reproduits à la page 137.




1930 Dans la revue Coemedia  
Les artistes dissidents du Salon des Décorateurs exposent au Pavillon de Marsan
C'est le groupe le plus avancé, le plus audacieux des décorateurs contemporains et sa rétrospective rend hommage à Pierre Legrain.
Un important essaim s'est détaché, l'an dernier, de la ruche des Artistes Décorateurs, qui, malgré la diversité des tendances, avait su jusqu'ici maintenir son unité.
Nous avons en son temps déploré cette scission et, durant un moment, espéré que M. Tardieu userait de son autorité sympathique pour opérer le ralliement souhaité par tous ceux qui s'intéressent aux destinées de nos arts appliqués.
Malheureusement l'activité de notre Premier, qui est en même temps président de la Société des Artistes Décorateurs, s' est trouvée absorbée par l'étude de problèmes plus angoissants au point de vue national.
Aujourd'hui le  fait est accompli. Cet après-midi, les dissidents, sous le nom d' Union des Artistes modernes, ouvrent les portes de leur première exposition au Musée des Arts Décoratifs.
Le plus sérieux attrait de la manifestation, c'est ou' elle va permettre de comparer deux méthodes, l'allemande et la française, deux méthodes convergeant vers le même idéal.
Au moment même où le Werkbund était invité par les décorateurs, s'effectuait le départ de ceux qui se trouvaient par leurs tendances qualifiés pour engager avec eux une lutte courtoise. C'est donc ici qu'on trouve l'équivalent français de l'effort entrepris par les architectes d'outre-Rhin et par leurs collaborateurs.
Naturellement le meuble en métal domine. MM. Le Corbusier et Jeanneret et Mlle Perriand se sont appliqués déjà avec beaucoup d'ingéniosité à utiliser des éléments standardisés. Ils continuent dans la même direction, M. René Herbst, en un stand de présentation, installe des sièges métalliques à côté d' un piano Pleyel dont il habilla le mécanisme. Francis Jourdain, lui aussi, est hanté par l'utilisation  métal dans l'existence quotidienne. Presque tous les exposants se sont laissé séduire par des recherches du même genre. Dès l'entrée d'ailleurs un portique, d'allure extrême-
ment neuve, proclame la valeur de ces préoccupations. Conçu par M. MalletStevens, il comprend, en sus d'un motif d'un mètre cinquante de haut, composé par MM. Jan et Joël Martel, quatre bandes concaves baignées de rayons par des rampes cachées disposées par les soins d'un ingénieur luminariste professionnel, M. Salomon. L'effet est des plus saisissants.



Photo de Therese Bonnet datant de 1930 diffusée par la Réunion des musées nationaux

L'étude des applications lumineuses est à l'ordre du jour. Elle a tenté M.
Dourgnon qui éclaire sans une ombre, par un procédé nouveau, un mur de plusieurs mètres de haut.
Parmi les envois mobiliers, il faut citer ceux de MM. Pierre Chareau, Robert Lallemant, Guyot, Burkhalter, de Mlle Claude Lévy et de Mme Klotz; ,le cabinet de toilette de Mme Lucie Holt Le Son; une chambre par Mmes Delànux et Evelyn Wild; de M. Louis Sognot et de Mme Charlotte Alix, une installation des mieux étudiées, la Salle du Conseil d'administration des Usines Chimiques des Laboratoires français; enfin, des meubles, des tapis, des tissus de trois architectes hollandais que le Comité du Salon eut l'heureuse idée d'inviter, MM. Penaat, Rietveld et Van der Leck.
M. Jean Prouvé, ferronnier de talent, fils du beau peintre qui dirige l'Ecole des Beaux-Arts de Nancy, expose une porte dont la simplicité rationnelle constitue l'originalité.
Les bijoutiers sont relativement nombreux. En tout cas ceux qui sont ici peuvent être considérés comme les plus audacieux et les plus personnels de la
corporation.
M. Raymond Templier, qui le premier osa bouleverser les règles de la vieille joaillerie, persiste à chercher des innovations. Un de ses arrangements inédits consiste à disposer des pierres perpendiculairement à une surface concave répercutant les reflets des couleurs et des volumes, conférant ainsi à de simples bijoux une vie intense.
M. Jean Fouquet et M. Gérard Sandoz apportent eux aussi dans leurs créations un louable esprit de renouvellement.
Si quelque artiste des textiles avait une place marquée d'avance dans cette exposition, c'est bien Mme Hélène Henry qui fut une novatrice dans la technique et dans la conception esthétique.
M. Bastard utilise avec une rare maîtrise de belles matières : Ivoire, écaille, cristal de roche. De M. Cournault on doit signaler de curieuses peintures sur miroir. La sculpture est représentée par de lyriques statues en bronze de Gustave Miklos et par une émouvante figure de femme taillée dans la pierre par Csaky.
Le groupe a fait bon accueil à l'art publicitaire. Quelques œuvres de M. Paul Colin et de M. Carlu voisinent avec des affiches étrangères. 
Enfin, un hommage mérité est rendu a un artiste disparu prématurément, mais qui avait profondément marqué de son empreinte notre art contemporain : Pierre Legrain On nous represente de lui quelques meubles, des cadres et des reliures.
On sait qu'en ce qui concerne cette dernière catégorie d'objets, il avait dans la profession frayé des voies entièrement nouvelles. Il était devenu chef d'école malgré lui et son originalité souffrant d'être suivie, il allait, au moment où la mort nous l' enleva, rompre avec sa propre tradition, pour transformer une fois de plus sa vision. Félicitons la jeune société d'avoir dès sa venue au monde Instauré le culte du souvenir et de la reconnaissance.




Chandeliers argent revendus par Christie's qui les date de 1930, plutôt 1950??



La collection Primavera Gallery situe ce collier en argent en 1925?  Il est de 1929


C'est un mannequin vers 1930 qui porte une bague et un bracelet de Jean Desprès , elle aurait pu jouer la "femme du boulanger" avec Raimu,  archives cgmfindings




Collier en argent, or et laque noire Photo Rouault  1930



La même idée vers 1930  exposée au musée des Arts Décoratifs en 2009. Ivoire et argent, avait été exposé au salon des artistes décorateurs  à Paris en 1936




En bas a droite sur cette page ou figurent des crobards de plusieurs bijoux, un bracelet boule (dessin que m a adressé avec gentilesse Olivier Baroin de la galerie Golconde  9 place de la Madeleine a Paris)


Autre dessin que m a adressé Olivier Baroin



 Autre dessin conservé au musée des arts décoratifs diffusion RMN



 Autre dessin conservé au musée des arts décoratifs diffusion RMN




 Autre dessin conservé au musée des arts décoratifs diffusion RMN

Question? les dessins du Musée des arts déco sont vierges de tous cachets, mais ceux que j ai trouvé dans le privé ont un cachet de J.D ????




J Desprès faisait aussi des vases en céramique, photo de Thérèse Bonney conservée au Musée Gallièra diffusion RMN



C'est une broche Villebrequin en argent mat et polie, elle est signée, conservée au musée des arts décoratifs Photo Sully Jaulnes. 1930 présentée a l Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne




Le bracelet Manchette apparait sur cette photo




Encore un beau bracelet de Jean Desprès revendu par Maitre Prunier (Evreux) en 2015.
Bracelet Manchette en argent et laque noire, modèle déposé N0 7 du 27-09-1931 exposé au salon d'automne 1931 , poinçonné par le Maitre et signé à la pointe d'acier  adjugé par Maitre Prunier 317.500€  https://www.prunierauction.com/



Pourtant  cette photo est dans le journal "l'Art et la mode " de  1936 le bijou est bien le même avec une robe de Lucile Manguin.

A propos de ce bracelet manchette, il est a rapprocher d'un bracelet manchette de Jean Fouquet, fabriqué en 1926-1927,  soit 5 ans avant,  très semblable .




1930?? bague pont or . Jean Desprès avait fait un don très important au musée des arts décoratifs



Toujours à la vente de Maitre Prunier cette bague en argent vers 1930, exposée au salon des artistes français en 1935 "invitation au voyage" musée Galliera en 1936 et curieusement une deuxième dans la collection Lelion. Je prècise une deuxieme car J. Desprès avait declaré ne faire que des pièces uniques..........



Maitre Lebrech a revendu cette bague en argent (925/1000°)et or (750/1000°) monogramme SV, l 'arbre de vie serait en métal doré d'après Maitre Lebrech




Jean DESPRES (1889-1880) Broche circulaire en argent martelé à motif central de boules circulaires et arcs de cercle diam 5,5 poids : 35,5g


Christie's situe se bracelet en 1930-31 il est en argent


Bravo!, plutôt  1931 ceci est un cliché de l époque (un peu flou) ou on reconnait bien le bracelet rigide photographié par therese Bonney  a cette époque.  Diffusion RMN



Sotheby's le situe vers 1930 c'est un pichet de Desprès en étain martelé et palissandre brésilien


Sotheby's situe ce bracelet  en 4 plaques  d'argent martelées de Desprès en 1930 ce bracelet parait être le pendant d un collier argent et or datant des années 1970 page 113 du livre de Mélissa Gabardi



En revanche cet article du "Petit Parisien" est bien de 1930 



Primavéra Gallery , une excellente maison ,  mais elle situe ce service à Thé en 1930!!




1930: en janvier, dans la revue l'Art ancien et moderne, participation de J.D. au Salon des indépendants
Revendue par Maitre Ader qui situe cette broche Amazonite et argent en 1930
Jean Desprès a utilisé très souvent de l amazonite , qui n'est pourtant pas une pierre dure de valeur, d'un éclat vitreux et faible.




Cette broche aurait été présentée en 1930 au Salon des artistes décorateurs

Jean DESPRES : Broche moderniste présentant un élement en ivoire taillé inséré dans une monture en argent composé d'une sphère centrale de jaspe et partiellement plaqué d'or.
Signée "Jean Desprès" et poinçons.  : 9 cm Poids brut : 90 g (environ) revendu par etude Millon Paris


I ere exposition du salon en 1904



1931 janvier Pierre Trévieres dans "Femme de France"


En 1931, le critique d'art Raymond Escholier déclare "Desprès est en passe de devenir le plus grand des bijoutiers, le plus grand orfèvre de France"
Ce dithyrambe a dû être fait sous l emprise de Dionysos, il est fortement exagéré...

Pourtant Fouquet dans un livre ecrit en  1942 sur l' Orfevrerie et la Bijouterie Joaillerie des années 1925 à 1940 recense des grands orfevres très modernes comme Jean Puiforcat des joailliers comme Sandoz ou Templier; possédant ce livre, je l ai relu 3 fois, pas un mot  sur Jean Desprès.
.
La Société des artistes décorateurs qui avait refusé de l admettre pour leur exposition de 1928, va l accepter en 1931






Dans le catalogue de la société des artistes décorateurs de 1931


"Dans le domaine du bijou M. Paul Brandt se montre habile joaillier avec un pendentif mettant en valeur un gros cabochon émeraude. M. Pierre Mauboussin a réalisé des oeuvres dont la complication colorée s'affirme parfois au détriment de la forme. Ses joyaux n'en conservent pas moins,par l'agrément de leurs rapports de tons et par l'ingéniosité de leurs dispositions, une séduction certaine. De M. Jacques Macqueron un pendentif en cristal de roche vaut par sa robuste simplicité. Des décorateurs de plus en plus nombreux s'orientent vers le bijou bien conçu, à des prix de revient modérés. Parmi eux il faut citer : M. Rivaud, qui a conservé les saines traditions paternelles;
M. Després, artisan avallonnais qui compte au nombre des rares artistes que l'existence du XXe siècle inspire sincèrement"
publié dans le Bulletin de l art ancien et moderne de juillet 1931 sur le salon des artistes décorateurs


Or argent, laque, amazonite  modèle déposé le 20 janvier 1931.
 dans la collection du musée des arts décoratifs



1931 dans la revue Art et décoration


1931 dans la revue Art et Décoration au centre cette bague de Desprès qui nous permet de dater celle ci-dessous revendue par la Maison Aguttes, l idée, le style, l esprit, les godrons en onyx.....


Texte de la maison d'enchères Aguttes :Rare bague en or jaune, rose 18k (750) et argent (<800) partiellement martelée composée d'un demi cylindre à godrons rehaussés d'onyx.
Signée et Poinçon de maître.






Quand une chose est dans l'air !! voici une bague de Cartier de 1933 en platine onyx et corail, mais plusieurs autres ont fabriqué des bagues cylindres, à cette époque




1931 Brandt et Desprès cités dans "La Femme de France" 



L excellent site internet de 1Stdibs aux Etats unis ne cite pas sa source pour la date et écrit:
"Jean Despres Rare broche en argent martelé (Poinçon Crabe donc en 800-1000°) créée en 1932.
Le Poinçon d'Orfèvre "J D" original est gravé sur la broche 
La broche a été créée en 1932, au cours de la période la plus innovante du maitre français, meilleur ami de Georges Braque."






Maitre Ader a revendu  cette "bague moderniste en or jaune, or blanc et diamants.
La plateforme rectangulaire à étranglement présente un décor central géométrique accueillant une série de trois diamants.
Une des deux parties latérales reçoit un pavement d’éclats de diamant.
L’anneau se termine, sous la plateforme, par un enroulement à chacune de ses extrémités et reçoit des barrettes décoratives.
Signée J. DESPRÉS (en grande partie effacé) à la pointe à l’intérieur de l’anneau et porte les poinçons de Maître Orfèvre et de garantie sur l’anneau.Poids brut : 13,4 g"

Provenance : Ancienne collection M. & Mme G. (Près Montbard – France), œuvre acquise par ces derniers directement auprès de l’artiste. 
Que dire du modèle, peut être moderniste, dans ce cas ce style 'moderniste" ne laissera pas un souvenir merveilleux.
De nombreux bijoux, tres médiocres ont été réalisé avec des pièces de monnaie, qui n'avaient rien d avant gardiste.
Il a suscité à la fois le scandale et l'admiration.
Il était en dehors du circuit de la bijouterie joaillerie orfevrerie, il a plutot emprunté le circuit des peintres et exercé au travers des salons d'artistes., je cite encore Jean Desprès qui disait que son travail relevait "à la fois de l art fruste du dinandier et de celui plus souple et plus précis de l orfevre danois"
Pourtant il ne peut vraiment pas être comparé à un Georg Jensen, ou Christian Fjerdingstad, 






1932 dans la revue Art et Décoration, 
Jean Desprès ne fut jamais pilote dans l aviation pendant la guerre de 14-18!!!! il y a confusion avec le sergent Henri Desprès



Cette bague est exposée au Victoria Albert Muséum 


Le V&AM précise: Matériaux et techniques:Or blanc et jaune et roses en diamant:
Donné par les amis américains du V & A grâce à la générosité de Patricia V. Goldstein
Numéro du musée: M.189-2007 elle se trouve dans la galerie: Bijouterie, salles 91 à 93, Galerie William et Judith Bollinger.




Broche appartenant à la fondation Stéphanie Seymour Brant, c'est le N° 365 du cahier de Jean Desprès pour ses modéles et le dessin a été déposé le 13-2-1932




Revendu par la maison Artcurial: JEAN DESPRES 
Collier en argent à maillons oblongs ou ronds coupés de motifs rectangulaires sertis de baguettes pyramidales en onyx ou en corail encadrant le motif central en onyx serti d'un cabochon de corail. Signé J.Després (poinçon du joaillier)
Exécuté vers 1932 Voir la reproduction d'un collier de même inspiration dans l'ouvrage de Melissa Gabardi, J. Després p 72 Long. : 45 cm Poids brut : 111,8 g  


Sotheby's a revendu cette bague en argent, or, corail et émail de Jean Després, vers 1930-32  Photo: Sotheby's.au centre un cabochon de corail rectangulaire, accentué sur les côtés en émail noir, signé J. Després, avec  marques du fabricant; 




D'après Melissa Gabardi, cette bague est de 1930, pourtant elle n'apparait que plus tard dans la presse




Dans la revue Mobilier et Décoration en 1932




1932 modèle déposé le 16 fevrier 1932 Pendentif de Jean Desprès musée de l'Avallonais  reproduit dans Mobilier et décoration de juillet 1933.

Très souvent j ai retrouvé le terme de Brevet N°..., bréveté le.....je me suis donc rendu sur le site de l INPI mais je n'ai rien trouvé comme je l ai déjà fait pour des grands comme Van Cleef et Arpels.
C'est en regardant l'excellent livre de Melissa Gabardi  que j' ai decouvert des pages qu elle publie sur les objets déposés par Desprès, et de nombreuses fois je suis tombé sur un mot "Soleau". Les ignares comme moi doivent chercher plus que les autres, j ai trouvé...un article sur le droit d auteur du 15-06-1925

L'ordre du jour appelle un rapport de M. Haguenauer sur l'enveloppe Soleau, moyen de preuve fort pratique pour constater la date des créations intellectuelles. Cette enveloppe double est destinée à recevoir des dessins ou représentations graphiques dont on désire prouver la priorité de création. Adressée à l'Office national français de la propriété industrielle, elle est munie par celui-ci d'une perforation indiquant le numéro d'ordre et la date de réception. En cas de contestations judiciaires, elle peut être communiquée aux tribunaux et servir de document probatoire. Le rapporteur estime que l'usage de l'enveloppe Soleau devrait se répandre hors de France, d'une part, et d'autre part, ne pas être restreint aux dessins et modèles, mais profiter à tous les domaines de l'activité humaine où la priorité de la création peut jouer un rôle. Il dépose un voeu dans ce sens, en rendant hommage à M. Eugène Soleau.
M. le président Maillard appuie ces conclusions : il est singulier que l'enveloppe Soleau n'ait pas eu jusqu'ici plus de succès. Une active propagande en sa faveur semble nécessaire. M. Lavoix, agent de brevets, insiste sur le but de l'enveloppe Soleau, qui n'est pas de protéger la création intellectuelle, mais d'en établir la date exacte d'une manière qui coupe court à toutes les controverses. M. Georges Chabaud observe que l'enveloppe Soleau est peut-être encore un peu chère, ce qui est susceptible de nuire
à sa diffusion. En outre, lorsque l'enveloppe a été utilisée une fois par les tribunaux, elle n'est pas rendue et ne peut plus remplir ultérieurement son office de moyen de preuve. Il y a là un inconvénient auquel il conviendrait de remédier. C'est aussi l'avis de M. André Taillefer. La résolution proposée par M. Haguenauer est ensuite adoptée avec quelques légers changements.

L'enveloppe Soleau, du nom de son inventeur Eugène Soleau fit l'objet d'un brevet déposé en 1910, et  est une preuve d'antériorité d'une création que l'on peut utiliser en France pour obtenir de façon certaine la date d'une invention.  et c'est toujours vrai de nos jours




1932-33 la bague piston


Bague "Piston" en or , argent, et laque revendue en 2015 par Maître Prunier et provenant de la collection Lelion, maitre Prunier la date de 1930 environ, ce doit être 1932




En effet Jean Desprès tenait un cahier sur lequel il notait ses modèles et les dates ou ils les avait déposés, mais ses petits dessins ne sont pas toujours faciles a reconnaitre , mais je pense que celui  que j ai souligné de rouge doit être le bon,  mod 453 - D31- du 22-10-1932





"Exceptionnel collier pectoral moderniste en argent. Les cinq plaques convexes, trapézoïdales et dégressives sont articulées afin de former un arc de cercle maintenu par une chaîne à longs maillons. Chaque module, à surface entièrement martelée, reçoit le décor en application d'un motif lisse orné d'une demi-sphère à chacune de ses extrémités échancrées. Une double rangée de sphères parcourt la base des plaques de façon continue. Articulations en double agrafe. Signée du poinçon de Maître Orfèvre sur le fermoir et porte à quatre reprises le poinçon de titre. Poids : 134 g . Provenance : Ancienne collection de Madame X. à Avallon (Yonne), oeuvre acquise directement auprès de l'artiste.
Texte de Maitre Ader qui a revendu ce collier qui ne précise pas de date , revendu 24000€



1933 dans le journal Coemedia , J. Desprès est au salon des arts appliqués au Tuileries


1933 Art et Décoration, rien de tel qu un journal de l'époque pour dater un modèle


Collier Argent et laque déposé le 30 mars 1932 exposée dans divers salon en 1932-1933


 COLLIER TURQUOISE ARGENT ET LAQUE DE JEAN DESPRÈS 
dans la revue Art et Décoration article de Roger Nalys en 1933

"François Pompon ayant un jour, en mains, un bijou de Jean Desprès, le caressa longuement les yeux fermés, puis dit à l'artiste qui attendait la critique du Maître :
« Mais, mon petit, c'est de l'architecture!... »

Cette appréciation rigoureusement exacte comporte en un saisissant raccourci tout le secret de l'Art de Jean Desprès.
Les bijoux de Jean Desprès solidement construits, vigoureux, équilibrés, constituent bien, en effet, de par leurs caractéristiques, de véritables réalisations architecturales. Leur solidité, ils la doivent à leur masse importante et stable, travaillée suivant une technique parfaite, visible et lisible de loin sous ses trois dimensions. Leur vigueur, ils l'acquièrent par l'opposition raisonnée des valeurs, soit que Jean Desprès utilise des métaux de couleurs différentes: platine, or poli,or mat, argent... soit qu'il juxtapose dans un heureux contraste, des éléments de tonalités diverses : pierres, laques, glaces, émaux...
Quant à leur équilibre, ils l'atteignent grâce à leur composition soigneusement ordonnancée, les lignes et les volumes se balançant clans un rythme harmonieux et souple.

Est-ce à dire que ces qualités purement physiques soient les seules dont les bijoux de Jean Desprès puissent s'enorgueillir?
Assurément non — Desprès faisant intervenir des facteurs psychologiques, donne à ses oeuvres un souffle ardent, les traite avec un sens profond de la sensibilité moderne. Et tout d'abord, Desprès ne veut pas qu'un bijou soit uniquement comme autrefois, un signe de richesse ou l'apanage d'une classe. II ne le conçoit pas davantage comme un capital d'épargne, thèse si souvent soutenue. II entend en faire un symbole de distinction et de goût.
De là ses réalisations poussées à fond, quelle que soit la matière employée, même si celle-ci n'est point précieuse, même si le bijou ne doit avoir qu'une valeur intrinsèque réduite.
De là aussi, il faut bien le dire,la compréhension qu'il rencontre dans ces milieux cultivés où les dons de l'esprit surpassent très souvent ceux de la fortune et le succès qu'il obtient auprès de ces classes libérales qui, de tout temps en France, ont exercé leur influence sur le goût national.

Le goût, tel est en vérité le leit-motiv que nous voyons apparaître dans les compositions de Jean Desprès.
Mais le goût est instable. Il varie dans le temps, il varie avec la mode, cette « compagne du bijou » comme l'appelait déjà Brantôme. Le bijou doit fatalement évoluer d'année en année, pour suivre les modifications plus ou moins profondes que les couturiers apportent à chaque saison, aux lignes, aux coloris et aux tissus de la toilette féminine.
Jean Desprès le sait et en tient compte. Aussi s'efforce-t-il en toutes circonstances,
d'adapter le bijou à la toilette féminine, que dis-je, à la personnalité, au caractère, au type même de la femme qui s'en parera. Bien plus, il s'attache dans une recherche raffinée, soit à constituer des rapports harmonieux entre une toilette déterminée et un groupe de bijoux, soit à réaliser « l'unité de parure », les dessins et les couleurs se répondant dans les bagues, les bracelets,le collier et les pendants d'oreille.
Comme nous voilà loin des bijoux immuables tels qu'on les concevait autrefois et qui pouvaient impunément parer plusieurs générations!
Que dire des formes qui caractérisent les bijoux de Jean Desprès? — Bien que Desprès ait une culture classique et qu'il ne cache pas ses sympathies pour certains styles anciens, notamment pour le celtique et le syrio-chaldéen, nous voyons ses compositions s'inspirer hardiment de la vie moderne, emprunter au surréalisme ses modalités d'expression, puiser des motifs esthétiques dans le machinisme même.
« Quel artiste révolutionnaire! » dira-t-on. Ce n'est point établi. La doctrine de Jean Desprès pour si avancée qu'elle paraisse, peut, si l'on veut bien réfléchir, se rattacher à la plus saine tradition.
Dans tous les temps, le bijou — collier de coquillages, bracelet de fer, diadème de pierreries n'a été qu'un symbole où la vie du moment trouvait son expression. Aussi bien, seules ont duré les oeuvres qui ont été conçues et exécutées dans le sens même du courant qui entraînait une époque. C'est ce qui fait dire parfois aujourd'hui « le moderne date, quand il n'est pas réussi ! »

Or, notre siècle n'est-il pas né, pour le meilleur comme pour le pire, sous le signe du machinisme, avec son corollaire : la vie ardente, rapide, brutale?

Pourquoi le bijou moderne ne prendrait il pas dans ses formes, le type de beauté d'une pièce de mécanique de haute précision? Un moteur d'automobile, un vilbrequin d'avion, une série de pignons dentés, renferment en eux-mêmes une incontestable beauté. Le bijou peut s'inspirer d'une telle esthétique, mais s'il ne veut point ressembler à un élément de machine standard, il faut que l'artiste l'anime de tout son souffle, afin d'éveiller en nous l'écho de sa propre sensibilité.
Desprès atteint ce but idéal, en faisant du bijou quelque chose de vivant, une musique immobile comprenant un thème qui se développe suivant un rythme harmonieux, comportant des notes brillantes, des masses vibrantes, des creux et des reliefs en tous points comparables aux motifs musicaux qui se prennent et e quittent avec alternativement l'éclat des cuivres et des silences.
Chez Jean Desprès, les lignes nettes, les courbes idéales, les masses jaillies d'un bloc sous trois dimensions, ne sont plus seulement des formes nées de la mécanique. Elles symbolisent dans leur abstraction ce qui retient, ce qui attache, ce qui est droit, ce qui est fort, en somme tous les sentiments de l'homme. L'idée a désormais remplacé l'anecdote, la simplicité est devenue un but et non un moyen.
Il en va de même lorsque nous considérons les compositions surréalistes que nous propose parfois Desprès et dans lesquelles interviennent dans une gamme polychrome les glaces joliment peintes ou gravées de Cournault.
II serait vain de prétendre que les bijoux de Jean Desprès ne suscitent pas quelquefois l'étonnement ou la critique. Leur beauté, si différente de la beauté classique, peut surprendre, mais elle ne saurait laisser indifférent.
Aussi bien, rappelons le conseil d'Anatole France et «craignons de prendre pour incorrection et barbarie, ce qui n'est que recherche nouvelle et nouvelle délicatesse! » Les joailliers sont des poètes qui, en fixant la beauté dans la matière inaltérable, s'efforcent d'échapper aux lois cruelles qui veulent que tout vieillisse et meure. Il font aussi, sans s'en douter, oeuvre d'histoire.
Que restera-t-il de notre civilisation dans trois mille ans? — De nos luttes stériles, de nos folles passions, de nos vains espoirs, on ne connaîtra rien et seuls peut-être quelques bijoux — semblables à ceux de Desprès — exhumés intacts du sein des nécropoles, diront aux curieux de notre temps, le sens que nous attachions à la vie.



Autre bijou vendu par Maître Prunier, provenant de la collection dispersée par lui de Mr Robert Lelion.
C'est une broche en or et argent, travaillée au marteau. Cette pièce était destinée à la célèbre aviatrice Maryse Bastié, qui décrocha de nombreux records de 1928 à 1936 comme la traversée de l atlantique Sud.



Maryse Bastié, Wiki, auteur inconnu



Un bon moyen de dater , la presse, article du journal l'Officiel en 1934 concernant des pièces présentées dans des salons en 1933








1933: bracelet manchette dans le journal Art et Décoration  , je pense que la légende de la photographie n'est pas bonne et que ce sont des diamants taille brillant et des cabochons émeraude. Ce bracelet aurait été fabriqué vers 1931 (Melissa Gabardi)
A cette époque , de nombreux bijoutiers et Joailliers de l'U.A.M ou autres ont fait des bracelets manchettes, en particulier les Fouquet, père et fils.


1933 dans Mobilier et Décoration glaces gravée de Cournault monture desprès


C'est une broche de Desprès en collaboration avec Etienne Cournault en 1933.
La photo est tirée de l excellent catalogue de la  vente de bijoux de L'U.A.M que Maitre Emmanuel Prunier fit en 2015.
Etienne Cournault Cet artiste formé à l’Ecole des beaux-arts de Nancy de 1906à 1911 il s'était installé à Paris de 1920à 1930 puis il retourna vivre à Nancy était un proche des mouvements cubiste et surréaliste. Peintre et graveur, il s’intéressa à la technique du verre églomisé réalisant de nombreux objets décoratifs (miroirs, tables, bijoux… ). Par l’originalité des thèmes abordés – la tache, le graffiti, le dessin d’enfant – Etienne Cournault séduit de prestigieux collectionneurs dont Jacques Doucet. Membre de l’U.A.M., il était un ami proche de Pierre Legrain, Rose Adler, Pierre Chareau et André Teriade.
C'est  Rose Adler qui présenta Etienne à Jean . Rose Adler est une femme relieur et une ébéniste française  née le 23-09-1890 et morte le 15-03-1959 proche de Marie Laurencin, elle était membre de l Union des artistes modernes depuis la fondation en 1929.
Les deux artistes collaboreront jusqu'en 1934 en produisant ces célèbres "Bijoux glaces"




Cette page est tirée du premier catalogue de l 'UAM en 1930 et Etienne Cournault expose à la premiere de l Union des artistes modernes en signalant comme collaborateur Jean Desprès . Dès le début Cournault était membre de l UAM , pas Jean Desprès qui ne le devint que quelques années après.


Primavera gallery  explique a propos des bijoux de Etienne Cournault: 

"Les "bijoux-glaces", réalisés entre 1929 et 1937, incorporaient de petites peintures cubistes, peintes sur verre par l'artiste surréaliste Etienne Cournault. Les supports ont été émaillés pour compléter les images miniatures. Joséphine Baker était une passionnée et une broche, représentant une figure dansante, était très certainement pour elle. Ses «bijoux-moteurs» ont fait sensation quand ils ont été montrés en 1931 à l'exposition de l'Aviation. d'art moderne , tenue au pavillon de Marsan au Louvre. Bracelets, bagues et broches ont été conçus pour ressembler à des bielles, des roues dentées et des engrenages. Ces bijoux représentaient le summum de son inventivité créative. Ils ont fait écho aux images des peintures de Fernand Leger et ont été beaucoup admiré par la nouvelle race de femmes modernes et émancipées.)




1930 environ autre bijou glace de  Desprès et Cournault




Bracelet "glaces" Desprès et Cournault environ 1930 voir livre Melissa Gabardi


Ce modèle porte une bague et un bracelet (a droite) Jean Desprès 



1930, C'est une paire de piques cierges a fond martelé et angles à agrafes, Maitre Lefranc d'Auxerre nous indique qu ils sont en métal argenté, il y a un poinçon de Maitre Melissa Gabardi  dans son livre présente le même mais en Vase et le métal sous l argenture est en étain, poinçonné par Jean Després aussi, étonnant qu il ait poinçonné l'étain, d habitude comme il n'y a pas de poinçon d'état pour l'étain, on ne revet pas ces objets d un poinçon de Maitre.


Maitre Lefranc d'Auxerre qui a revendu aussi ce pendentif en or jaune datant des années 30, il a présenté la pierre comme étant une topaze...je pense que c'est une citrine.




Revendue par 1Stdibs, Une bague Art Déco en argent et or 18 carats avec turquoise de Jean Després. La bague a une lunette sertie d'une pierre turquoise de forme rectangulaire avec des éléments latéraux cintrés et des marches dorées sur les épaules. Signature gravée à la main. Vers les années 1930 Provenance: Madame Jeanine Patouret, Avalion, France. Madame Patouret a acquis la bague directement de Jean Després. Des bagues similaire sont dans le livre de Melissa Gabardi, Norma Editions, page 213 (croquis de conception) 


Modèles semblables ou proches dans la presse en 1933



Revendue par Maitre Prunier cette bague en forme de croissant en argent est poinçonnée Desprès et signée à la pointe Crée vers 1931 exposée au salon des Artistes Décorateurs en 1931




1933 bague importante dans son oeuvre, en argent


Dans la Revue Mobilier et Décoration en 1933




Variante de la bague vue plus avant


Cette bague fut exposée au salon des artistes français en 1935 puis au Musée Galliéra en 1936.



article aimablement fourni par Mr Robert Auclerc Association " Les Amis de Jean DESPRES "


1933 Jean Després à la Galerie Braun.— 
"Parmi la dizaine de bijoutiers — oh ! ils ne sont pas nombreux — qui cherchent à renouveler les formes et à les adapter à nos désirs nouveaux, à nos besoins de netteté, de simplicité, à utiliser enfin les matières inventées depuis quelques années, Jean Després se place au premier rang. Ses bijoux sont sobres. Il n'y a jamais de surcharges, de fioritures ni de tarabiscotages. Les pierres précieuses sont mises en valeur par d'heureuses oppositions de couleurs et de plans. Peut-être l'emprunt aux structures mécaniques encore trop important. Mais déjà l'influence de la pièce détachée pour automobile se fait beaucoup moins sentir. Peu à peu un art vraiment neuf, affranchi des imitations trop exactes, s'élabore. Il faut également noter une plus grande souplesse, un souci de la grâce et de la légèreté qui manquaient aux bijoux conçus en 1925 selon la nouvelle esthétique. Désormais les pendentifs, les bagues et les bracelets paraîtront moins hostiles aux femmes".
(revue Art et Décoration)


Vente de Mr Prunier en 2015 trois modèle de Desprès, la bague de gauche daterait de 1930 et a été exposée au salon des artistes décorateurs.


1934 dans la revue Mobilier et Décoration la bague de gauche est ci-dessous
(Voir ci apres dans la vente de Maitre prunier la bague de gauche)



1934 boite réalisée avec Cournault




Cet article  est consacré à Desprès mais les grands joailliers suivaient aussi le mouvement, l inspiration géométrique de 1925 était loin d'être éteinte, en témoigne cette broche de Boucheron


Par exemple ce thème du Yin et Yang dans ce bijou de David et ci dessous dans ce bijou de Sandoz





Boucheron l utilisa aussi en 1934 avec cette broche composée  d'une très belle plaque de jade gravée avec des motifs circulaires diamants et (ce que Boucheron appelle des virgules) du cristal de roche gravé, monté sur platine et or gris



Maitre Prunier d'Evreux en 2015 a revendu cette bague de la collection Lelion , bague cylindre en or  argent et laque noire et grise poinçon de Maitre et signature 22 grs9. Maître prunier qui a réussi une enchère de 46990€  ne la date pas , mais je la rapproche de celle en photo dans l article ci-dessous



1934 dans l Officiel des éditions Jalou

Texte de cet article: 

1934  dans la revue l' officiel

Connaissez-vous les bijoux de Jean Després ?
Oui. sans doute. car nombreuses sont les jolies femmes. qui. selon Brantöme, ont de pareils bijoux les compagnons de leurs atours . D'autre part. les derniers Salons ont mis en éclatante lumière la puissance de cet artiste qui marquera certainement de son empreinte les formes du bijou d'auiourd'hui.
Nous n'insisterons donc que sur les qualités essentielles des bijoux de Després:
leur spiritualité. leur caractère architectural. Les oeuvres de Després ne sont pas des
réalisations standard. mais constituent des pièces uniques. spécialement construites
pour la personne à qui elles sont destinées. compte tenu de son type physique et de sa
manière habituelle d'être. Ce sont donc avant tout des compositions vivantes. symboles où les mœurs du moment trouvent leur expression. Aussi, ne saurait-on s'etonner de les voir animées d'un souffle éminemment moderne. s'inspirer parfois du machinisme ou emprunter au surréalisme ses modalités d'expression. N’oublions pas toutefois que sous des  apparences révolutionnaires Després possède une culture classique extrêmement poussée, qu'il ne cache point ses sympathies pour certains styles anciens comme le celtique ou le syrio chaldéen et que sa recherche de la simplicité constitue pour lui un but et non un moyen. En cela, il se rattache à la plus saine tradition.
Quand il donne a |l'un de ses bijoux les caractères essentiels d'une pièce de mécanique de haute précision. il s'efforce moins d'innover en matière esthétique que de faire œuvre d'architecture. solide, vigoureuse. équilibrée.
La solidité. la vigueur, l'équilibre, voilà bien en vérité les caractéristiques des bijoux
de Després: solidité des masses importantes et stables. travaillées suivant une technique parfaite. lisibles nous leurs trois dimensions : vigueur des oppositions. obtenue par l'emploi de métaux ou d’eléments de tonalités diverses : équilibre général de la composition. savamment ordonnancée les lignes et les volumes se balançant dans un rythme harmonieux et souple.
Cet ensemble de qualités explique la compréhension,que les bijoux de Després rencontrent dans les milieux cultivés et le succès dont ils jouissent auprès des gens de goût. Et cela d'autant plus que l'on connaît la dure discipline à laquelle se plie ce grand artiste qui. malgré son amour de Paris. n'hésite pas à se cloîtrer dans sa retraite d'Avallon. pour mieux se recueillir mieux sentir, mieux créer...
Les œuvres cle Jean Després franchiront les bornes de notre Temps...
Roger NALYS.
Photo! Gravot.



Cette bague citée plus haut  fut présentée dans Mobilier et Decoration en 1935 , en version Or gris, Or rouge et laque noire (photo cidessous








Je ne peux résister au design des couvertures de la revue l'Officiel des éditions Jalou a cette époque.(1934)



Très belle double page  avec un article sur les bagues de Jean Desprès, au passage, a droite une photo de Madame Louis Arpels, célèbre Mannequin de l entre deux guerres.






1934 J Despres expose des bijoux à la galerie "L'Art et la mode"



1934 dans Art de décoration



1934 Expose toujours à la galerie de l'art et la mode , Galerie lancée par le propriétaire de la revue L'Art et la Mode"



1934 bague de la collection Lelion revendue par Maitre Prunier

1935,Jean Desprès dirige la galerie « L’art et la mode » 39 rue du Coliséeà Paris





1935: Jean Després discipline la savante originalité de ses bijoux. Ceux de Siegfried Boës ont de la vigueur, ceux de Raymond Templier sont d'une simplicité magnifique.
Mme Chabert-Dupont demeure, dans ses napperons et ses stores, la virtuose du point de Nice, et voici de beaux et solides talents de relieurs : René Kieffer, Paul Bonnet, Marguerite Fray.
Gaston DERYS.

Puis aussi dans le journal Coemedia :de 1935 
Les orfèvres sont peu nombreux, mais de  valeur. M. Jean Puiforcat, M. Tardy, comme M. Rivir dans un sobre calice, associent les métaux au bois. M. Valéry Bizouard tend au style. M. Jean Têtard est plus fantaisiste.
Le bijou, cela se comprend, traverse une crise.  Il faut d'autant plus féliciter M. Raymond Templier de l'ampleur de son effort. La façon dont il associe les surfaces métalliques aux pavages de diamant aboutit à des résultats d'une magnificence aristocratique. M. Jean Desprès œuvre de son côté dans une tendance bien moderne, mais plus démocratique.(yvanhoé Rambosson)

Le même critique en janvier 1935 pour le salon des indépendants:
"Fort peu d'art appliqué. Pourtant une fort belle exposition de M.Jean Després affirme le robuste talent de ce bijoutier-orfèvre aux conceptions d'un incontestable modernisme,"




1935 Revue L art et les Artistes


1935 dans "l officiel de la couture"




La bague ci-dessous est le modèle déposé N°5 le 14 mars 1933 , argent et laque


Cette bague , or argent et laque date de 1932


1935 Il crée la coupe de golf de la revue L'Art et la Mode


1935 Vase en étain et ébène de macassar présenté dans la revue L'Art et la Mode


1935 Galerie de l Art et la Mode



1935 Galerie de l'Art et la Mode
Cliquez pour agrandir tous les documents



1935  Galerie de L art et la Mode




La Maison Christie a revendu ce "centre de table" 91.000€
Composé d'une paire de bougeoirs et d'une coupe sur pied, en métal argenté martelé, à décor de cabochons semi sphériques sur une base rectangulaire.Chaque bougeoir : Hauteur : 23,5 cm. (9¼ in.) ; La coupe : Hauteur : 17,5 cm. (6 7/8 in.) ; Largeur : 33,5 cm. (13¼ in.) ; Profondeur : 15 cm. (5 7/8 in.) La coupe signée J. Desprès sur le pourtour de la base, chaque bougeoir portant le poinçon de l'orfèvre JD sur la base.

Revendu par la maison Artcurial Bracelet en argent En argent, articulé de quatre motifs martelés, ornés chacun, au centre, d'une demi-sphère unie cerclée de bandeaux, comme les agrafes cylindriques vermeillées Exécuté vers 1935 Signé Jean Després; poinçon du joaillier Long. : 17,3 cm; poids brut : 114,8 g 
Un bracelet semblable executé en 1934 figure dans le livre de Mme Melissa Gabardi




1935 Simone Delattre, future femme de Jean Desprès

Publiée dans Mobilier & Décoration de janvier 1935



Il participe au 2eme salon de l'aéronautique et de l'Art en decembre 1935




1936 dans le journal Coemedia  à propos du salon des Tuileries
 "Les bijoux de Jean Desprès sont toujours issus de conceptions d'une modernité qui ne s'attarde ni aux pastiches, ni aux fioritures."

1936, exposition « Artistes de ce temps » avec Paul JOUVE l’animalier, SUBES le ferronnier d’art, DUNAN le décorateur et MAYODON le céramiste.


1936 Coemedia, :"Parmi les bijoutiers, M. Jean Desprès se dévoue aussi sûr de lui dans l'exécution de la joaillerie que dans le travail du métal. MM. René Robert, Bablet, Boès. J. des Lauriers et Mme ArièsThiébaut, chacun en leur genre, méritent d'être cités. M. Favrat est un graveur sur pierres fines qui procède lui même à la taille, au perçage et au polissage de ses ouvrages."
A noter dans cet article le nom de René Robert , oublié, mais sur lequel j ai écrit
https://www.xn--bijouxetpierresprcieuses-rfc.com/2015/10/rene-robert_22.html
                                                                                                                                                      René Robert deviendra directeur artistique et chef d atelier de Van Cleef et Desprès aimait utiliser des matériaux inhabituels dans ses bijoux. En 1937, il conçoit une série de pendentifs, colliers, bracelets et épingles incorporant des médaillons en céramique de style néo-classique exécutés par le céramiste Jean Mayodon qui fut directeur de la Manufacture de Sèvres

Bijou de Jean Mayodon((1893-1967)en collaboration avec Jean Desprès


Le médaillon en céramique émaillée, à décor d'un nu masculin vert sur fond bleu, serti dans une monture en argent plaquée d'or jaune au pourtour ajouré de rectangles, flanquée de deux éléments rayonnants à gradins plaqués d'or jaune et d'or rose et soulignés d'un rang de perles
5,5 x 7,3 cm. (2 1/8 x 2 7/8 in.)
Le médaillon monogrammé MJ et daté 1937 au revers, la monture signée J. Desprès avec le poinçon français d'or et d'argent et le poinçon du maître orfèvre au dos




Boite a cigarette avec céramique de Jean Mayodon
Don de Jean Desprès au Musée des arts decoratif photo RMN


Desprès été surnommé "le  Picasso de la joaillerie" et a exposé dans toutes les grandes expositions nationales et internationales,ou il a remporté de nombreux prix. Son travail a été apprécié (et acheté par de nombreux écrivains et artistes importants) - Anatole France, Paul Signac, François Pompon, critique et conservateur influent, André Malraux .




Collection d'Andy Warhol revendu par Sotheby's le 27-04-1988

et plus récemment Andy Warhol, collectionneur enthousiaste de ses bijoux et de ses boîtes." 
Texte de Primavera Gallery Chelsea Arts Building 210 11ème Avenue, 9ème étage New York, NY 10001




1937 il est dans le journal l'Art et la Mode




Cette bague semble lui avoir inspiré les suivantes, elle aurait été crée vers 1936 , argent or et amazonite, elle fut exposée au salon des artistes français à Paris en 1936




1936 Il semblerait qu 'il ait fait sienne la devise de la société des artistes indépendants
"Ni jury, ni récompenses"




Cité dans le catalogue de 1936




Jean Després, bague, 1937, platine, or, diamants, aigue-marine, exposée au
musée des Arts décoratifs, Paris © Les Arts Décoratifs, photo Jean Tholance, a été exposée au Salon des Artistes décorateurs en 1939 et 1948.
C'est une bague dont la finition m'étonne par rapport aux autres bijoux




Je pense que cette bague doit dater aussi de 1936, au vu de la ressemblance d 'idée avec les précédentes , or et citrine.



Bague en argent , métal plaqué or , Lapis lazuli et Nephrite




1938 Le "Petit Journal"

En 1938, il va présider le salon d 'Automne et  participe au salon des artistes décorateurs 
.


Bracelet art déco de Jean Desprès, revendu en Italie, composé de six plaques rectangulaires en or jaune martelé avec éléments géométriques appliqués, poinçons français en or et orfèvre, fin des années 30



Coupe des années 40 en metal argenté




1939 Broche de Jean Després 



Madame Raulet indique 1930, mais ci-dessous


La même exposée à la galerie Malesherbes  en 1939



En réalité  cette broche qui est en or et en argent a été offerte par Desprès à sa femme  en 1936. Simonne Delattre , peintre et dessinatrice, avec une date gravée 18 novembre 1936.
Il l épousera en 1937


Voici la bague de fiançailles offerte  à Simone Delattre en 1937, elle est en platine et diamants , Archives RMN


Dessin de bague très approchant  de la bague de fiançailles, archives RMN


Orfevrerie rustique

Un commentaire sur cette exposition à la galerie Malesherbes dans le journal Mobilier et Décoration qui a suivi régulièrement la carriere de Jean Desprès, le journal date de Avril 1939.




Le site internet 1stdibs aux Etats unis vend (peut être vendu?) cette saucière en vermeil
avec base et  poignée ciselée; pied orné de trois rangées de perles. (Signé). 1939







1939 dans le journal "le Temps" Jean est admis au grade de chevalier de la légion d' honneur, dommage son dossier ne soit pas encore public sur la base Leonore du ministère de la culture.



1939  dans "Mobilier et décoration"


La maison Artcurial a revendu ce bracelet qui aurait été fabriqué par Desprès en 1940




Desprès en 1940, né en 1889 il a  51 ans, il va travailler comme il peut car les matières précieuses sont contingentées, il faut donc fabriquer à façon avec les métaux précieux ou non des clients
Il expose toujours à la galerie Malesherbes,  puis au Salon des Artistes Décorateurs et au salon d’Automne.Després prend un pied-à-terre passage Marignan, où il peut exposer en permanence son travail.

1940 Il reçoit le prix des Arts Décoratifs de la Société nationale des Beaux-arts

Bague Chevalière diamant  revendue par Christie's
Ornée d'un diamant coussin dans un décor géométrique d'or gris et d'or rose, poinçon français, poids brut: 8.60 gr., vers 1940 Poinçon de Jean Desprès  Franchement pas originale










 1940 Exposition au Palais de Chaillot sur l art français




Pendentif en or jaune, or blanc et lapis-lazuli. Poinçons et marques. Vers 1940-1950. revendu par la maison Aguttes



Service à thé et à café années 1940 en argent et ivoire à corps ovoïde galbé se composant de deux verseuses (thé et café) de deux pots et de deux gobelets et d'une coupelle. Signé Jean Despres à la pointe sur chacune des pièces. Verseuses : haut. 23 cm et 19,5 cm - pichet s: haut. 16 cm et 12 cm gobelets : 8 cm - coupe : haut. 6,5 cm Poids brut: 3,84 kg 
A voir la finition de ce service comme de certains objets de J.Desprès, je me suis demandé s'il était vraiment l auteur de toutes les pièces signées, lorsqu' il déclare "pour faire trois couverts il me faut deux jours"
Je me dis combien de temps lui a t il fallu pour fabriquer certaines ménageres, et lorsque Desprès explique son choix pour la donation qu il fera en 1977 au musée des arts décoratifs, le jour de l inauguration de l exposition, il parle d'"un style qui a eu du mal a se faire accepter mais qui ensuite en se commercialisant a procuré des centaines de milliers d'heures de travail aux ouvriers de notre corporation"
Ainsi la fabrication de certains modèles créés par lui  devaient être confié a des tiers.

"La France peut encore gagner la bataille de l'Art" declarait il le 27 fevrier 1942 dans la revue "Voix Françaises"  autorisée par les Allemands




Maitre Rouillac a revendu ces deux pièces, un poudrier de forme rectangulaire en argent martelé. Monogrammé “D.H.P.” Signé au stylet “J. Després”.Poinçons Minerve et du Maître-orfèvre.Long. 9,2, Larg. 7 cm. Poids : 175 g.
Goute vin en argent en argent. La prise à enroulements. Inscription "Dieu protège la France" sur l’arête. Signé au stylet “J. Després”.
Poinçon Minerve.Long. 7,5, Diam. 5, 2 cm. Poids : 32,7 g.

Ce taste-vin a probablement été réalisé à partir d’une pièce de 5 francs argent entièrement polie et transformée par l’artiste à l’exception de l’arête inscrite “Dieu protège la France”.



Jean Desprès va déménager du passage Marignan au 28 rue de la trémoille, cela lui permet d avoir une galerie d'exposition ou il expose ses oeuvres et celles d autres artistes et de plus loge sur place.

Sur la photo ci-dessousMr Bouffet était préfet de la Seine  pendant la guerre 39-45 il fut incarcéré en 1944. Amédée Bussieres nommé préfet de police de Paris par Pierre Laval le 21 mai 1942. Il participe le 6 juillet 1942 à la réunion préparatoire de la rafle du vel d hiv. Pendant son mandat il lance une lutte très active contre ceux qu'il nomme "communo-terroristes" « la lutte à mort est engagée entre l'ordre que vous représentez et les criminels qui cherchent à briser les ressorts de notre pays » (juin 1942). Il est arrêté à la libération de Paris le 20 août 1944 et incarcéré à la prison de la santé Révoqué le 25 mai 1945, il est jugé en juillet 1946 par la Cour de la Seine et condamné à mort. Sa peine est commuée en une peine de travaux forcés à perpétuité. Il est gracié en 1951 et obtient la libération conditionnelle.


En 1943 Jean Desprès expose au salon d'Automne
Difficile de juger pareil artiste mais je crois qu'après les  années 1940, 1950 et suivantes, son travail est devenu moins étudié, moins  complexe, beaucoup de surface  martelée sur des pièces plus simples il n y a plus  l'originalité et la puissance de ses créations antérieures.
"Despres était également un concepteur très prolifique d'objets utiles, y compris toutes sortes de pièces pour la table, y compris des vases, des services de thé et de café, des couverts, des plateaux, des candélabres, des cruches, etc. Les premières de ces pièces sont assez géométriques et montrent une grande retenue dans leur conception, ne reposant souvent que sur une surface martelée pour un intérêt textural."
Primavéra gallery.
Jean Desprès eut aussi pendant la guerre de nombreuses commandes officielles  comme par exemple en 1941, une coupe en argent martelé pour le maréchal Pétain et pour l'amiral Darlan un service à  tabac avec barillet en argent martelé, deux pipes et plusieurs cendriers. Que sont devenus ces travaux d Orfèvrerie?
J ai vu la photo du cadeau à l amiral Darlan , mais ne peux la reproduire



- Le Bourguignon (Auxerre) : Au secours National… deux magnifiques œuvres offertes par le département de l’Yonne au Maréchal Pétain et à l’Amiral Darlan (31 juillet 1941).

« On sait que le préfet de l’Yonne avait pris l’initiative d’organiser, entre les communes du département, une souscription dont le produit était destiné à offrir au Maréchal Pétain et à l’Amiral Darlan des cadeaux qui, en même temps qu’un témoignage de loyauté, leur apporteraient un échantillon typique du savoir-faire bourguignon.
La contribution proposée à chaque municipalité était modique. La plupart d’entre elles d’ailleurs, donnèrent largement au-delà de ce qui leur était demandé.
Avec les sommes recueillies, deux magnifiques œuvres d’art ont été réalisées qui sont exposées pour deux jours dans les vitrines du Secours national, place de l’Hôtel de Ville, 28, à Auxerre, avant que le préfet de l’Yonne n’aille lui-même les porter à Vichy.
C’est au maître orfèvre avallonnais Jean Després, dont le talent et la personnalité sont bien connus chez nous et ailleurs, qu’a été confié la tâche de transformer en œuvres d’art les sommes versées par les communes de l’Yonne. Notre compatriote, à qui toute latitude avait été laissée, s’est acquitté de cette mission avec l’habilité et l’originalité que l’on pouvait attendre de lui.
Pour le Maréchal Pétain, Jean Després a œuvré, dans un lingot d’argent, une coupe martelée, qui, tout en étant d’une facture très moderne, s’apparente aux calices moyenâgeux.
Grand fumeur devant l’Eternel – et fumeur de pipe par surcroît – l’Amiral Darlan se voit offrir un service à tabac dont chacune des pièces mérite l’attention. Un plateau de chêne massif, de style rustique, à l’angle duquel se trouve le râtelier à pipes travaillé en barrière de vigne, en forme le support … ».

- Mon Pays (Bordeaux) – Georges TURPIN.
(1er novembre 1941).


« C’est à Jean Després, l’orfèvre avallonnais talentueux, qu’a été confiée l’exécution d’une coupe et d’un service à liqueur et de fumeur qui seront offerts par souscription respectivement au Maréchal Pétain et à l’Amiral Darlan. Ces objets sont une très belle réalisation de cet artiste moderne ».


Articles de presse qui m'ont été transmis par Monsieur Robert Auclerc , trésorier de la société des amis de Jean Desprès






1945 changement de militaires, les artistes vont très vite s'adapter


1945: Salon d automne dans Mobilier et Décoration




1945 -08- Article intéressant dans la revue Mobilier et décoration
Jean DESPRÉS  BIJOUTIER - ORFÈVRE
I 'ART et le métier de Jean Després sont choses difficiles à étudier, par suite des qualités  si personnelles que l'artiste y révèle et dont on ne trouve rien de pareil dans toute la production actuelle du bijou.
Il a fallu à l'artiste quinze années d'apprentissage, d'apprentissage sans maître, de lutte quotidienne avec la matière, la matière brute, travaillée uniquement par le jeu du marteau, pour mettre au point un métier que nul ne pouvait lui enseigner, un style personnel dont il perfectionne chaque jour les procédés qui se présentaient à lui.



Mobilier et décoration de 1945



Mobilier et décoration de 1945



Mobilier et décoration de 1945

Mobilier et décoration de 1945

(Suite de l article )Le titre dont il se réclame exprime en partie son idéal. Il n'a voulu être en effet, que ce qu'il appelle le couturier du bijou, pour imposer au métal par les moyens les plus frustes et les plus expressifs, ses conceptions, telles qu'il les réalisait d'abord en de multiples dessins, telles qu'il les voulait voir exprimées enfin par l'or, l'argent, le platine, l'étain ou l'ivoire, soit dans le bijou, soit dans les coupes, pichets, vases, soupières, assiettes, services de table, fourchettes et cuillères, les multiples objets métalliques enfin qui peuvent trouver place dans nos intérieurs.



Mobilier et décoration de 1945

(Suite de l article )La belle soupière en argent qui figure dans les reproductions qui accompagnent ces lignes, nous donne une idée parfaite de son métier dans les ustensiles servant nos besoins quotidiens, comme dans ceux qui ajoutent dans une pièce, quelconque, sur une table, une cheminée, un guéridon, une étagère, l'attrait de leur belle matière ou de leurs formes parfaitement équilibrées.
Mais c'est dans le bijou que Després révèle le mieux ses qualités inventives. Elles ont leur point de départ moins dans son imagination que dans le travail lent, patient, consciencieux de la matière, qui lui impose ses lois et dont il fait surgir, par sa lutte avec elle, des formes expressives d'une nouveauté et d'une simplicité dont nul bijoutier moderne n'avait encore, comme lui, reconnu la possibilité.
La broche en or, et la bague or et laque reproduites sur la même épreuve photographique, ainsi que les deux bagues en or de l'épreuve suivante, révèlent un jeu de décors très simples, mais ne nous permettent pas, comme le peut faire tout bijou tenu à la main, sous le regard, d'apprécier toute la perfection du métier, des soudures et des patines.





Voici le dessin de ce bijou, qui se trouve dans les réserves du musée des arts décoratifs: Don anonyme en souvenir de Jean Després



(Suite de l article )De la broche en or rose et jaune se dégage la qualité du travail au marteau qui s'est ajouté aux matières utilisées, et le bracelet or permet de juger la nature des effets demandés par Després au métal, tandis que les deux bagues qui l'accompagnent font songer, par leur présentation, aux bagues anciennes, étrusques, romaines et égyptiennes.
Les travaux de Després affirment un beau travail réfléchi, logique, et d'une indiscutable personnalité.
G. V."

Un modele apparait sur cette revue de 1945 qui nous permet de dater à peu pres en 1945 les modèles suivant, vendus par Maitre Ader 


En effet cette forme très proche des deux modeles de cet article de "Mobilier et décoration"  d'aout 1945 permet de dater la fabrication en 1945




 Maitre Ader  a vendu un grand nombre d'objets et de bijoux de Jean Després , provenant pour la plupart d'Avallon, ci dessous le texte de l expert Mr  Eyraud
 Spectaculaire bague en or jaune et platine.L'imposante plateforme, aux flancs ajourés de motifs géométriques, reçoit une tourmaline dans un entourage de diamants sertis.L'anneau à surface martelée est orné d'un jonc lisse.Signée J. DESPRÉS à la pointe à l'intérieur de l'anneau et porte le poinçon de garantie.Poids: 19,46 gProvenance:- Madame D., ancienne propriétaire de l'Hôtel de la Poste et du Lion d'Or à Vézelay (Près d'Avallon  France), ouvre acquise directement auprès de l'artiste dans sa boutique d'Avallon.- Par descendance."




Pas de datation mais certainement vers 1945 



Cette soupière est dans le style de fabrication des années  1930 et pourtant, elle apparait dans un article de Mobilier et Decoration du mois de juillet 1947, elle fut exposée au Salon des artistes et décorateurs de 1946.





La Maison Aguttes est prudente et ne donne pas de date précise en l absence d'archives, je cite leur texte
Exceptionnel et rare service en argent à surface unie sur une face et martelée à décor de maillons de chaînes plates sur l'autre comprenant 112 pièces comme suit: - 2 couverts à poisson - 2 couverts à ragoûts - 12 grands couteaux - 12 grandes fourchettes - 12 grandes cuillères - 12 petites cuillères - 12 petites fourchettes - 12 petits couteaux - 12 cuillères à moka - 24 couverts à poissons Signés "J.Desprès", Minerve et poinçon de l'orfèvre. Vers 1950. Poids brut: 10 kg . C'est dans le domaine des couverts qu'il excelle et donne libre cours à sa fertile imagination. Pour cet ensemble exceptionnel de pièces, nous retrouvons le motif ornemental des maillons de chaînes qui apparaît à partir de 1948. Il ressort de ces couverts une puissance, une vigueur avec ces manches larges, plats et martelés. Ces pièces sont faites à la main une par une, à la lime et au marteau. Pour faire trois couverts il faut deux jours. Jean Després créé des services de table uniques pour de riches particuliers et des grands hôtels internationaux. En juin 1950, le musée des Arts Décoratifs organise un Salon de prestige consacré à l'histoire des arts de la table, salon durant lequel Després obtiendra un vif succès.




Là je "flippe" je trouve cette pièce merveilleuse,  c'est la maison Aguttes et Philippine Dupré qui a revendu ce rare vase moderniste à corps quadrangulaire à large col évasé en métal argenté à surface martelée. Il repose sur un pied quadrangulaire en retrait à ailettes agrémenté de huit sphères martelées se prolongeant sur une base rectangulaire à agrafes rainurées. Signé «J. Després» et poinçon de l'orfèvre. Vers 1950. H: 33 cm L: 25 



La forme de ce vase ci-dessus est à rapprocher de cette table exposée au salon des artistes décorateurs de 1931 ou Desprès exposait.



Olivier Baroin de la galerie Golconde à Paris m'a adressé avec gentillesse cette photo d une variante de ce vase en argent.

Après les années 1940, il a introduit un élément sur un grand nombre de pièces ce qui les rendit  peut-être un peu plus commercial, mais qui a rendu ses pièces très chics - l'ajout de  chaîne gourmette  il imposait ainsi sa "marque"


C'est dans sa maison en Avallon ci-dessus en carte postale qu' il travaille, son atelier y est installé.

 En 1948 il va participer au Salon des Tuileries, au Salon des Artistes Décorateurs et au Salon d’automne.



En revanche cette croix date de 1948 car la maison Christie's nous apporte des précisions interessantes
JEAN DESPRÉS CROIX, PIÈCE UNIQUE, 1948
En métal argenté, partiellement martelé, les bras de la croix à décor de cabochons semi sphériques sur une base carrée,Hauteur : 54 cm. ; Côté de la base : 26 cm. Signée J-Després et portant les poinçons de l'orfèvre sur la base ; une étiquette en papier sous la base avec la mention Yale University Art Gallery.
Provenance Collection Jean Després. Collection privée.

Je me dois de signaler que Melissa Gabardi ecrit dans son livre de 2009 qu elle est de 1951


 JEAN DESPRÉS PAIRE DE CANDÉLABRES, 1949
Revendu par Christie's  À trois branches, en métal argenté et vermeil
H : 14 cm. (5½ in.) ; L : 21 cm. (8¼ in.) ; P : 8 cm. (3 1/8 in.)
Chacun signé avec les poinçons du maître orfèvre Provenance Collection Jean Després.Collection privée.

 Cette même année 1949 il participe à la grande Exposition sur l’Art Décoratif Contemporain français à New York, organisée par le Consulat de France et par la revue « Art et Industrie ».


Rare bague moderniste en or jaune, d'après la Maison Ader elle daterait de 1950
La plateforme, composée d'un bandeau en demi-ovale à surface martelée et d'une accolade en retrait et traitée lisse, reçoit un ornement de quatre petites sphères et d'un diamant taille rose et accueille une citrine taillée.L'anneau reprend le thème du martelage sur sa surface externe.
Signée J. DESPRÉS, à la pointe à l'intérieur de l'anneau, porte les poinçons de Maître Orfèvre et de garantie à l'intérieur de l'anneau.Poids brut: 13,37 g




«Genèse» Pièce de commande
Exceptionnel et luxueux étui de reliure d'un livre d'art, formant coffret, en métal argenté martelé. Décor appliqué en relief de corps de métiers.Important fermoir recevant les initiales «M.V».Partie supérieure ouvrante et mobile. Signature incisée au dos «J. Desprès».
34,5 x 28 x 4,5 cm
Bibliographie: Melissa GABARDI, «Jean Desprès, Bijoutier et orfèvre entre Art Déco et Modernité, Norma éditions et les Arts Décoratifs.
Une pièce similaire réalisée par Jean Desprès lui-même est conservée au Musée de l'Avallonnais, Avallon.
Provenance : Ancienne collection Marcel Venail, propriétaire de l’imprimerie Genèse



Au vu de l ensemble de la collection de Marcel Venail dispersée par la Maison Millon, je daterais ce livre vers 1950



La maison de ventes aux encheres "Eve"  a revendu cette ménagère extraordinaire:
Exceptionnel et rare service en argent à surface unie, modèle à décor de fleurs de lys stylisées, vers 1950-1960, comprenant 119 pièces comme suit:
Service de table: 18 fourchettes, 12 couteaux et 12 cuillers à soupe rondes Service à poisson:12 fourchettes et 12 couteaux Service à dessert: 12 cuillers, 12 fourchettes et 12 couteaux Service à café: 12 cuillers
Pièces de service: 2 grandes fourchettes, 2 grandes cuillers,1 grand couteau et 1 louche
Longueur: 24 cm
Et 12 couteaux de table, 12 couteaux à dessert et 1 louche en métal argenté.
Poids des pièces en argent massif: env. 4900 g.
Poids total: 7500 g.

Provenance:
Collection particulière, Avallon. Commande spéciale d'une famille Avallonnaise à l'artiste.
Ces pièces d'orfèvrerie réalisée en argent sont rares, elles furent principalement exécutées pour des commandes ou à l'occasion des expositions auxquelles il a participé.
Encore plus rares sont les couverts de table, ceci s'expliquant par le fait que Després les réalisait selon d'antiques méthodes en les forgeant et qu'il n'avait pas recours à l'estampage. Ce sont des pièces faites à la main, une par une, à la lime et au marteau.
Lui-même précisait à Claude-Salvy qui l'interviewe en septembre 1963 «pour faire trois couverts, il me faut deux jours, et c'est ainsi que dans ce métier on ne fait pas fortune».
Le modèle que nous présentons ici est une commande spéciale d'une famille d'Avallon, où résidait et travaillait Després. Le modèle aurait été dessiné au cours de leurs longues conversations.
Jean Després leur livrait alors chaque année trois à quatre pièces jusqu'à constituer l'ensemble de ce service.
Comment faisait-il pour la régularité des pièces livrées????? et d autre part il lui aurait fallu 29 ans pour venir a bout de cette commande?

Revendu par la maison Artcurial:
Bague En argent (>800) et or jaune 18k (750), à motif rectangulaire à gradins, appliqué d'une volute perlée Vers 1950  Poinçon du joaillier Jean Després, non signée

Je ne résiste pas pour vous donner l avis d'un de mes amis,(même age que moi) qui est passé par l' ecole rue du louvre et qui vient de m écrire:
"(J'aime pas beaucoup Desprès, j'ai souvent comparé ses bijoux à du travail d'apprenti pas très doué....c'est un autodidacte, et pour moi notre métier s'apprend avec des maitres, que veux tu je suis un vieux!!!)



Revendu par la maison Aguttes: Important seau à champagne en métal argenté martelé à corps cylindrique évasé présentant deux anses en volutes agrémenté à la base et en partie haute d'une chaine à maillons plats. Signature incisée «J.Després» et cachet de l'orfèvre. Vers 1950. H: 26,5 cm   Bibliographie: Melissa Gabardi, "Jean Desprès", Editions Norma, Paris, 2009, variante au modèle reproduite à la page 151.

C'est en effet vers 1952 que J.Desprès va entourer les pieds de ses pièces de grosses mailles gourmettes industrielles


La maison Bonhams de Londres a revendu cette rare soupière à la française avec couvercle, en argent. et  la marque du fabricant, la soupière et le socle avec signature fac-similé découpée, également poinçonnée avec tête Minerve vers 1950


Forme ovale, le tout avec une surface martelée sur toute la surface, le couvercle bombé avec fleuron ovale comprimé avec une bande perlée, le corps avec deux poignées cylindriques effilées sur les côtés, sur un pied de piédestal ovale, appliqué avec deux rangées de bandes perlées au-dessus et au-dessous d'une bande centrale polie, se fixant sur une base surélevée , 



1954 dans la revue "L art et la Mode" qui publia beaucoup sur Jean Desprès , nous permet de voir de belles lunettes de chez Mellerio


la maison Artcurial a revendu cette  verseuse et son sucrier qu'on peut dater de 1955 env
Deux pièces de forme à corps cylindrique en argent et ivoire chiffré sur le couvercle FMP.
Signé à la pointe. Verseuse : 13 cm - sucrier : 8,5 cm  Poids brut: 1,06 kg  



1970 Boite Gourmette rectangulaire en métal argenté martelé et ornée d'une dédicace "Pour les 18 ans de Philippe, Parrain et Tante Raymonde" - Dimensions: 20,5x10 cm (Signée, absence de poinçon)revendu par maitre Lebrech



Sous la boite qui précédait une boite rectangulaire en métal argenté martelé, à décor d'une pièce de Louis XIV en argent - Signature et poinçon. Datée 1964 - Dimensions: 20x12 cm


Sotheby's a revendu ce collier en or et argent comme datant de 1935 pourtant, 


Ce collier en or et argent  est indiqué comme fabriqué dans les années 1970, selon Melissa Gabardi!!




Années 1970 Collier en argent et or à décor moderniste sur deux rangs entrelacés entourés de deux cabochons en pierre verte. Signé J.Després. poinçon de l'orfèvre, Poids brut : 56g.
Provenance : Collection particulière, Avallon.
Ce collier a été revendu et a fait une enchère de 13750€!!!!!!!!




En 1977, Després a cessé de travailler. Il a fait don d'une grande quantité d'œuvres à des galeries et musées en France pour enregistrer sa carrière et ses succès, notamment la ville d'Avallon où il a vécu et a tenu un atelier. Il mourut en 1980 à l'âge de 91 ans. Son vœu était la fermeture de son atelier et de son studio pour mettre fin à l'entreprise artistique qu'il avait créée.


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


Le temps de la Spéculation




Coluche disait: 
"Quand on pense qu'il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça ne se vende pas!"

C'est ce qu on pourrait penser au vu de cette bague vendue plusieurs milliers d euros.
Ou est le style, l originalité,etc ? juste la signature !

Bague, en or blanc et or jaune, agrémentée d'un diamant central et de deux séries de trois petits diamants taille rose.La plateforme, accueillant la pierre centrale, aux motifs latéraux ajourés.L'anneau finissant en enroulement de part et d'autre de la partie centrale.
Signée J. DESPRÉS à la pointe à l'intérieur de l'anneau et porte les poinçons de Maître Orfèvre et de garantie au revers Poids brut : 11,96 gProvenance :
Ancienne Collection M. & Mme P. (Avallon - France), œuvre acquise par ces derniers directement auprès de l'artiste.

Un commissaire priseur a du se rendre en Avallon et passer une annonce pour rechercher des bijoux de Jean Desprès , car il en a vendu beaucoup venant d'Avallonais




Comme pour beaucoup de  bijoutiers joailliers, la cote de Jean Desprès grimpe vers des sommets depuis la vente des collections de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, mais de là a acheter  une bague pièce sous pretexte qu'elle est décrite ainsi: 
Rare bague moderniste en or. L’anneau à surface martelée reçoit une double rangée perlée accueillant une pièce Napoléon sertie par des double griffe. Signée J. DESPRÉS à la pointe à l’intérieur de l’anneau et porte les poinçons de M. O. et de garantie. Poids : 21 g


Une reflexion, un document à faire connaitre, mon mail richard.jeanjacques@gmail.com


Rue de la Paix en 1923

ul class="slides">